Blog Single

LES PREMIERS NOMS WIT 2023

DUBIOZA KOLEKTIV

Dubioza Kolektiv est né dans un environnement sans industrie de la musique, dans un pays laissant peu de place au développement culturel dans un contexte après-guerre. Sans attendre que les choses se fassent toutes seules, le groupe arrose le folklore bosnien des musiques actuelles, en passant du hip hop, au métal, à l’électro, au dub, au ragga et au rock dans une fusion parfaitement calibrée pour dynamiter les scènes. Avec plus de 10 ans d’activité partout en Europe, ils continuent de jouer avec une centaine de concerts annuels à leur actif, et deviennent le groupe “à voir absolument” au travers des audiences européenes. Plus rien ne les arrête ! Ils s’inspirent de leurs musiques traditionnelles, pour les enrichir de tons positifs, comme un brin d’air frais. Véritables stakhanovistes de la scène, les Dubioza Kolektiv reviennent sur la scène de Welcome in Tziganie après leur passage mémorable en 2014 avec un show encore plus détonnant ! Ils présenteront leur dernier opus sur lequel on retrouve quelques collaborations de prestige,avec notamment Manu Chao et Toma Feterman (La Caravane Passe / Soviet Suprem).


___________________

KULTUR SHOCK

Pour décrire le style et le son de Kultur Shock, on se réfère généralement à Gogol Bordello, System of a Down, Dubioza Kolektiv, Manu Chao, The Pogues ou Band of Four, mais rien de tout cela ne rend justice au groupe, car le son et l’approche de la musique de Kultur Shock sont littéralement à part. Lorsque le chanteur Gino Srdjan Yevdjevich a quitté Sarajevo, ravagée par la guerre, pour s’installer à Seattle au milieu des années 90, il a emporté avec lui deux choses : son immense talent de chanteur et de compositeur, et son implacable ambition de créer. Il ne se doutait pas qu’après avoir créé Kultur Shock en 1996, il allait non seulement devenir le cœur battant de l’un des groupes les plus importants de ces dernières décennies, mais aussi le grand-père d’un mouvement que les gens appellent aujourd’hui gipsy punk. Au cours des 25 années qui ont suivi, Kultur Shock s’est engagé dans une voie d’expérimentation sans fin, mélangeant des mélodies folkloriques des Balkans avec du métal et du punk rock. Un groupe lyrique, politique, irrévérencieux devenu un réel choc culturel !


___________________

KARANDILA ORKESTAR FEAT IVO PAPASOV

Karandila est une fanfare tzigane fondée en 1994 dans le quartier “Nadezhda” de Sliven en Bulgarie. Son style mélange la musique typique des Balkans (principalement issue de la tradition dite “de mariage”) et divers éléments de jazz. L’objectif du fondateur de l’orchestre, un trompettiste populaire de Sliven, Angel Tichaliev, était de faire revivre l’esprit des fanfares bulgares traditionnelles et, en même temps, de révolutionner le son traditionnel en y ajoutant une touche de modernité. Aujourd’hui, le son de Karandila est diversifié et comprend un large éventail de styles qui se mariera à la perfection avec le style du célèbre clarinettiste Ivo Papasov, devenu depuis longtemps une figure incontournable de la scène des “musiques du monde”. Il a d’ailleurs remporté le prix WOMEX du meilleur artiste pour l’année 2022. Papasov a créé un nouveau mouvement, un mélange de folklore bulgare et balkanique avec des instruments et des éléments de funk, de rock et de jazz contemporains. Il n’est donc pas étonnant que ses fans du monde entier le surnomment le roi de la musique d’orchestre de mariage.


___________________

SOVIET SUPREM

Derrière Soviet Suprem se cachent deux musiciens parisiens bien connus de la scène musicale française. Composé de Sylvester Staline (alias R.wan chanteur du groupe Java), John Lénine (alias Toma Feterman, chanteur de La Caravane Passe) et de DJ Croute Chef, Soviet Suprem est un groupe qui s’amuse des clichés de l’ère soviétique.
Leur musique festive fusionne humour décalé, flows hip hop, musique punk, électro, influences des pays de l’est et folklore des balkans, le tout joué avec une énergie rock. Depuis 2014, date de la sortie de son premier album « L’International », Soviet Suprem envahit les scènes et les festivals et, ce qui ne devait être qu’un projet parallèle à leurs groupes respectifs devient rapidement un véritable phénomène. Sur scène, Soviet Suprem créent un véritable show autour d’une imagerie communiste bien ficelée. Tels des dictateurs, ils font vibrer le public qui s’exécute à chacune de leurs revendications générant ainsi une ambiance de folie.



___________________


IONICA MINUNE

Ionică Minune est né à Costeşti en Roumanie, dans une famille de lăutari. Les membres de sa famille jouaient de différents instruments et se produisaient ensemble lors de divers événements dans le village. À l’âge de quatre ans, Ionică a pris l’accordéon de son frère aîné et a joué une valse à l’oreille sans aucune entraînement. Depuis lors, il continue à jouer et à pratiquer, principalement pour son propre plaisir mais devient rapidement un accordéoniste acclamé. Il a eu l’occasion de jouer avec plusieurs figures majeures de la musique lăutareasca avant même d’avoir 20 ans.  Au début des années 1990, il s’installe en France. Là, en plus de la musique lăutareasca , il commence à jouer du jazz et se distingue dans le jazz manouche. Il partage la scène avec Bobby McFerrin, Michel Petrucciani, Marcel Azzola, Didier Lockwood. Après avoir vécu 16 ans en France, il retourne en Roumanie en 2006 et ouvre une école d’accordéon avec l’accordéoniste Constantin “Fulgerică” et le joueur de cimbalom Cristinel Turturică (ancien membre de Taraf de Haïdouks). En plus d’être l’accordéoniste le plus rapide du monde, Ionică est reconnu pour son style percutant, très rapide et créatif, avec de longs solos élaborés, il est un modèle pour des générations d’instrumentistes.



___________________



MONIKA LAKATOS & THE GIPSY VOICES

Mónika Lakatos est née à Budapest dans une famille tzigane Olah. C’est son père et les tantes de sa communauté qui lui ont appris à chanter. Après avoir joué dans divers groupes, Mónika et son mari Mihály “Mazsi” Rostás ont fondé Romengo, offrant un registre de chansons originales enracinées dans la tradition musicale tzigane Olah. Ce groupe de musique du monde a fait des tournées dans toute l’Europe et s’est produit dans huit pays d’Amérique du Sud et d’Asie, ils ont notamment joué au Philharmonique de Berlin et à l’Opéra de Francfort. Les deux albums de Romengo ont figuré dans la liste des 10 meilleurs albums de « World Music Charts Europe », tout comme le premier album solo de Mónika, Romanimo (2017). Sur Romanimo, Mónika chante des chansons hallagto lentes et déchirantes de la tradition musicale roumano-hongroise. L’album a été sélectionné dans le top 5 du « World Music Charts Europe ». En 2018, elle a fondé Mónika Lakatos and the Gypsy Voices dans le but de représenter et de préserver la culture tzigane Olah dans sa forme traditionnelle la plus pure. Le rythme élémentaire et l’harmonie glaçante des voix centrales font de Gypsy Voices la formation Oláh Romani moderne la plus captivante.


___________________

BALKAN BEAT BOX 

Pour les 16 ans du festival le groupe BBB est de retour en France pour une date unique à Seissan, un rendez-vous à ne pas manquer ! Originaire de New York et de Tel Aviv, Balkan Beat Box (alias BBB) mélange laiton balkanique, basse fracassante, hip-hop et électronique dub à effet exaltant. BBB puise dans leur héritage d’Europe de l’Est, les traditions smash-your-idols du punk-rock et du free-jazz, les beats et la production de hip-hop indéniablement robustes, l’approche intrépide de l’électro, ainsi que des flairs internationaux de Méditerranée, reggae, cumbia et les traditions musicales des Balkans. Composé du saxophoniste Ori Kaplan, du percussionniste Tamir Muskat et du chanteur Tomer Yosef, le trio délivre des messages engagés au travers de lives explosifs et passionnés.



___________________


JUAN CARMONA

Artiste de flamenco incontournable, Juan Carmona sera présent sur la scène du festival pour nous présenter son nouvel album aux sonorités arabo-andalouses… Juan, né à Lyon, à tout juste dix ans quand son père lui offre sa première guitare. Sa passion pour cet instrument et ses aptitudes ne démentiront pas au fil du temps et sa virtuosité, vite repérée par les professionnels. Devenu guitariste confirmé, il fera le chemin en sens inverse, vers l’Espagne, éprouvant le besoin de rejoindre la terre de ses ancêtres pour renouer avec ses racines et s’abreuver à la source du flamenco, à Jerez de la Frontera. Son talent et l’originalité de son art seront rapidement reconnus dans cette ville considérée comme le berceau du flamenco. Pendant 9 ans, s’imprégnant de leur savoir dans la pure tradition flamenca, il côtoiera et accompagnera les plus grands noms du flamenco tels que Joaquín Grilo, Agujetas, Duquende, Antonio Canales, Chano Domínguez et bien d’autres. Il enregistrera ses premiers albums et remportera les prix internationaux de guitare dont les prestigieux concours tels que le Concours International de Jerez, la Union de Cordoba (finaliste) ou encore le grand prix Paco de Lucia.



___________________



EKREM MAMUTOVIC ORKESTAR

La fanfare Ekrem Mamutovic Orkestar fera son grand retour au festival après sa dernière venue en 2017. Issu de l’une des plus anciennes et célèbres familles de trompettistes serbes, Ekrem Mamutović a grandi la trompette à la main. Il a commencé en apprenant par transmission orale auprès des siens, puis a peaufiné son jeu et sa technique en école de musique. Se produisant aussi bien lors des mariages que dans de grands festivals, la fanfare rom du sud-est de la Serbie s’ouvre à de nouvelles tendances musicales sans négliger les traditions séculaires. Ils marquent les esprits lors de chaque représentation interprétant avec finesse, élégance et virtuosité des airs traditionnels tziganes ainsi que leurs propres compositions. Sacré à trois reprises “trompette d’or” au festival de Guca, le leader du groupe viendra notamment accompagnés de ses fils, deux jeunes prodiges, qu’il forme à reprendre la fanfare.